Quand aimer signifie attendre ! 
 
Seigneur, l’hiver frappe à notre porte
La lumière s’efface, nous entrons dans la nuit.
Donne-nous d’entretenir la flamme de l’unique désir.
Avec ton aide, nous aurons mission de guetteurs qui,
avant l’aube, brûlent le temps dans la prière.
Seigneur, le temps et la montre, se présentent à nous sous les traits d’un ennemi.
Nous voulons le combattre avec les armes du rendement et de la vitesse.
Donne-nous de nous réconcilier avec la fécondité de sa durée.
Il existe une alliance entre l’amour et l’attente, il demeure un lien entre amour et prière.
 
Il faut neuf mois pour donner naissance à l’enfant.
Il faut beaucoup d’années à un homme pour apprendre l’écoute !
Il faut s’être trompé souvent avant de gagner l’expérience !
Il faut le champ d’une vie pour apprendre à aimer !
Seigneur, en cette période de préparation à Noël,
comme il nous est difficile de t’attendre.
Ardu, de patienter jusqu’à ce que tu reviennes au milieu de nous !
Donne-nous le courage de la vigilance et accorde-nous de réveiller en nos vies le désir de toi.
Que nous puissions combattre la torpeur : illusion de croire un monde meilleur sans toi !
La charité vivante consiste à attendre quelque chose d’un autre.
Confie-nous ton humilité, alors nous pourrons accepter ton aide dans le creuset de la durée.
Réveille en nos cœurs fatigués la flamme du désir !
Alors, chaque moment de notre vie,
chaque projet envisagé pourra revêtir une lumière d’éternité !