« Parce que nous savons que nos jeunes seront capables de prophétie et de vision dans la mesure où, désormais adultes ou âgés, nous sommes capables de rêver et ainsi de rendre contagieux et de partager les rêves et les espérances que nous portons dans notre cœur ». (cf Jl 3,1)

hautparleur

Dans quelques mois, nous reprendrons une vie presque normale.  Nous deviendrons les témoins des blessures et cicatrices qu’aura laissées la pandémie.
Peut-être aurons-nous ainsi l’occasion de porter notre attention sur deux points importants :
D’abord, nous mettre à l’écoute des jeunes : « Je répandrai de mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes, vos jeunes gens auront des visions ! » Actes 2,17
Aujourd’hui comme hier les jeunes portent en eux les solutions pour l’avenir et nous aurons pour devoir de les écouter !  Mais plus encore de partager leurs rêves !
Ensuite, en portant attention aux messages des jeunes, nous prendrons notre part au grand chantier de la fraternité ! Fratelli Tutti !  L’avenir de notre monde interconnecté va dépendre de notre capacité à créer de la fraternité.  Message du Saint-Père et de Saint-François d’Assise ! Ce grand saint, confronté à l’égoïsme d’un monde dominé par les marchands et déchiré par les guerres, a redonné souffle à l’Europe, par son message incandescent de charité, trouvant sa source dans l’Evangile
La réussite est à notre portée, persévérerons !
Rejoignez l’abbé Tricot sur son audio, en sa médiation sur Fratelli Tutti !
Avec les abbés LIEVIN et François-Xavier,
Abbé Christian TRICOT, votre curé

 

 
Un dernier effort avant d’atteindre le sommet
 

index

 
Au moment où ces lignes sont écrites, une première bonne nouvelle nous est annoncée : la réussite est au rendez-vous ! Cela chez nos étudiants du supérieur.  Malgré le confinement, les cours à distance et le sentiment d’isolement, un grand nombre de nos jeunes ont pu réussir leurs examens !
Ensuite le nombre d’entrées en hôpital diminue ainsi que celui des décès.  Le taux des contaminations suit la même courbe descendante.  Nos efforts débouchent sur un résultat.
Enfin, les aides libérées par la communauté européenne vont permettre à notre pays, non seulement de relancer son économie, mais aussi de réaliser de grands travaux d’investissements, ceux favorisant la mobilité.
Et déjà, une question fuse de toute part: « Quand pourrons-nous prendre l’avion, quand pourrons-nous repartir en vacances ? »
Loin de vouloir aborder les questions liant l’écologie et nos « grandes migrations », nous sommes en droit de nous poser une autre question :
 « Notre bonheur tient-il uniquement au fait de partir, loin et longtemps ? »
Nous savons, ô combien les voyages développent notre créativité, nous décentrent de nos préoccupations et enrichissent notre culture.
Mais en même temps  ….
Est-ce normal de ne nous sentir heureux qu’en vacances ? Le bonheur selon l’Evangile n’est pas d’abord : « Heureux ceux qui partent en vacances ! », mais plutôt : « Heureux les pauvres de cœur ! » (Matthieu 5).  A travers joies et peines, travail et repos, le bonheur offert par le Christ reste un paradoxe : « Quoi qu’il vous arrive, vous pouvez trouvez le bonheur, si vous prenez Dieu comme seul appui ! ».  Puissions-nous, en ce temps de Carême nous réconcilier avec un quotidien habité par la présence du Seigneur « car tu es avec moi ! » Ps. 22
Rejoignez l’abbé Tricot sur son audio, en sa médiation sur l’Espérance !
Avec les abbés LIEVIN et François-Xavier,
Abbé Christian TRICOT, votre curé
« Être prêt à tout donner »
            « Habiter un cœur d’enfant »
                                 « Se laisser traverser par la force du temps ! »
Paul Merlo
 
Au moment où nous écrivons ces lignes, nos sacrifices continuent à porter du fruit !
La menace de la troisième vague de l’épidémie, s’éloigne. Le nombre de morts et d’hospitalisations diminue ; nous pouvons renouveler nos remerciements à l’égard des personnes qui continuent à respecter les règles et les protocoles dans une visée de civisme et de charité. Derrière chacun de nos sacrifices se manifestent des vies qui seront épargnées !
Cependant nos préoccupations restent entières. Les jeunes vivent mal cette période de confinement et de notre côté, nous avons l’impression que tout va trop lentement, notamment au point de vue des vaccinations. Au regard de cette situation compliquée pour nous tous, puissions-nous trouver une force réconfortante au lieu de notre vie spirituelle. Aussi je vous propose de commenter ces quelques phrases proposées par le poète  Paul Merlo:
 « Être prêt à tout donner »
En Christ, le bonheur consiste à se donner, à s’oublier, ainsi les mesures proposées liées au confinement, se révéleront positives. « Je vis cette situation pour être solidaire avec les malades, les médecins ; je sais qu’en agissant ainsi nous protégeons nos hôpitaux, et nous sauvons des vies ».
 « Habiter un cœur d’enfant »
Il est impossible de se donner, de vivre ces sacrifices positivement, sans le retour à un « cœur d’enfant ».
L’enfance spirituelle constitue une force qui nous permet de nous abandonner dans la confiance en Celui qui peut nous permettre de réaliser l’impossible ! « Si vous ne devenez comme des enfants, vous n’aurez pas part au Royaume des Cieux » nous dit Jésus.
 « Se laisser traverser par la force du temps ! »
La nouvelle difficulté à laquelle nous sommes confrontés c’est la durée : nous n’en pouvons plus ! Nous n’en voyons pas la fin ! Comment allons-nous tenir le coup ! Comment allons-nous soutenir le moral de nos jeunes, comment tenir sans nous révolter contre les mesures qui nous contraignent ? Verrons-nous un jour le bout du tunnel ?
A cela le poète répond :
« Accepte de te laisser traverser par la force du temps ! »
Loin d’être notre ennemi, le temps peut se révéler être notre allié ! En sa durée peut se découvrir une fécondité ! Celle de l’Espérance !
Avec les abbés LIEVIN et François-Xavier,
Abbé Christian TRICOT, votre curé

Le printemps est à nos portes – Le vaccin arrive – On va s’en sortir

Au moment où nous écrivons ces lignes, nos efforts commencent à payer ! La menace de la troisième vague de l’épidémie, semble s’éloigner.  Bien humblement nous pouvons remercier les personnes qui continuent à respecter les règles et les protocoles dans une visée de civisme et de charité.  Derrière chaque geste barrière posé, ce sont des vies qui seront épargnées !

Ces derniers jours, il nous a été donné de relire la vie de Jean de la Croix.  C’est ainsi que nous découvrons que son incarcération de neuf mois, -sous les coups de ses geôliers, conjuguée aux privations et à l’isolement- déboucha sur une nouvelle naissance.  C’est en ce lieu obscur qu’il composa son célèbre « Cantique Spirituel », chef-d’œuvre de la littérature espagnole.

Nous aussi, tel Jonas passant trois jours dans les entrailles du monstre, tel Jésus isolé quarante jours dans le désert, nous vivrons l’obscurité de la pandémie dans l’espoir d’une lumière de résurrection.  Cela, pour nos familles, nos communautés et notre société. On va s’en sortir !

Avec les abbés LIEVIN et François-Xavier,

Abbé Christian TRICOT, votre curé

Confiance en Dieu – Foi en notre résilience – solidarité responsable
 
 
Le tir à la corde ou lutte à la corde est un sport qui oppose deux équipes dans une épreuve de force.  
En ce qui concerne celle de la pandémie, nous avons d’un côté l’équipe de la Covid 19, et ses mutants, escortée des « champions du déni  et du complot», accompagnés des opposants aux mesures gouvernementales, tout cela habillé de l’ombre de la colère et du découragement.
Et de l’autre côté de la corde, tirée en sens opposé, une société qui accepte les restrictions, une campagne de vaccination guidée par l’espoir de traitement.
C’est la seconde équipe qui devra être la plus forte et tirer la première de l’autre côté de la ligne !
Pour ce faire, elle ne devra pas craindre de mettre toute sa confiance en Dieu ! « Il sera notre défenseur », « il vient se battre à nos côtés ».  Dans le même élan, nous mettrons toute notre foi dans la capacité de résilience de notre jeunesse.  
Non ! Ces mois de confinement ne sont pas « le vol de leurs meilleurs années » mais pourraient être la découverte de la force à combattre l’adversité.  Même énergie qui avait bâti la jeunesse en 40-45.  Lutte qui passe par le sacrifice de soi !  L’équipe du côté droit de la corde qui combat pour faire tomber la Covid 19, aura à cœur de cultiver en son sein la solidarité responsable !
Courage ! Essayons de garder le bon cap, de ne pas trop nous déplacer, de respecter les règles sanitaires.  Alors, le printemps 2021 annoncera les débuts de notre victoire !
 
Avec les abbés LIEVIN et François-Xavier,
Abbé Christian TRICOT, votre curé
 
 
Les épreuves vécues par nos sociétés deviennent le creuset de la solidarité !
 
 
« Nous sommes excédés ! »
« Nous nous sentons fatigués ! »
« Et pourtant ! Ce n’est pas encore fini ! »
Au moment où nous « risquons » ces quelques lignes, les médias nous relatent le cas d’une mère de famille, revenant de vacances aux sports d’hiver - qui, bien qu’ayant réalisé les tests demandés- a plongé une population de 5000 personnes en quarantaine.  Elle avait contracté, ainsi que ses enfants, la souche mutante très contagieuse du coronavirus.  Des deux écoles de ses enfants, en passant par les lieux de rencontres, le virus avait opéré son travail de sape.
Ainsi, ce type d’information peut – en cette nuit d’hiver – susciter en nous de la colère, de la révolte, de l’exaspération et de la fatigue.  D’autant plus que nous sommes encore loin d’avoir atteint le bout du tunnel même si nous en percevons la lumière.
Si ces éléments contiennent des aspects négatifs, nous pouvons être témoins, au quotidien, de choses merveilleuses.  Nous assistons à des éclats de solidarité.  Ainsi, la souffrance à laquelle nous communions tous, rend chaque jour, l’humanité un peu meilleure.  Dans les transports en commun, dans les magasins, dans les rues, nous sommes témoins de gestes de bienveillance et de compassion à l’égard des personnes âgées ou handicapées.  Les peines engendrées par cette pandémie, développent chez beaucoup, attention et compréhension.  Si à Noël, le monde devient un peu meilleur, en situation de souffrance, nous sommes entraînés par plus de compassion.
Cette découverte est une invitation à nous centrer sur l’Espérance et la Persévérance !
La première, nous fait entrevoir la victoire du Christ ressuscité, tel l’horizon de nos vies et la seconde nous invite à nous engager concrètement au quotidien.  Ces deux vertus ont ceci de commun : s’appuyer toutes deux sur la grâce de Dieu.  Sans son aide, notre espérance et notre persévérance, ne pourront que balbutier. 
En cette nuit d’hiver, puissions-nous, dans la prière fervente, demander au Seigneur la grâce de son Espérance et de sa Persévérance, ainsi dans la foi, nous verrons « que la nuit comme le jour est lumière ».
Courage ! On va y arriver !
Prenez soin de vous et de vos proches !
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé
L'édito du 17 janvier
 
 
Chères Amies,
Chers Amis,
 
Au moment où ces lignes sont rédigées, il nous est annoncé que plus de 150 personnes nous ont rejoints au cours de la célébration de ce dernier dimanche.  Cela constitue un solide encouragement donné à l’équipe qui met en ligne ces événements.  Cette indication et les nombreux témoignages reçus par courriels, nous invitent à poursuivre dans cette voie.  Les quinze célébrations eucharistiques proposées pendant la semaine, permettent de rester dans les protocoles demandés (notamment 15 personnes maximum).
 
Autre motif d’optimisme : le nombre des décès diminue, ainsi que les hospitalisations.  Avec l’expérience engrangée depuis des mois, la médecine offre maintenant de meilleurs traitements aux personnes atteintes de la Covid 19 ; Mais surtout, le début de la vaccination dissipe, d’une lumière réconfortante, le brouillard de nos hivers remplis de deuil et de souffrances.
 
La pandémie nous a montré jusqu’à ce jour l’importance des structures de proximité, telles les communautés chrétiennes qui, « présentes sur le terrain », offrent un signe de rapprochement à taille humaine propice à la relation.
 
Néanmoins, la situation reste fort préoccupante.  Les mouvements dus aux départs en vacances alliés aux imprudences des derniers réveillons et fêtes, ont fait augmenter d’un tiers le nombre de contaminations (2000 par jour).  Selon les spécialistes, si nous ne redoublons pas de prudence, nous offrirons un terreau propice à la résurgence d’une troisième vague (renforcée par la mutation du virus venant de l’Angleterre).
 
Plus que jamais, nous sommes appelés à limiter nos contacts et nos déplacements au strict nécessaire.  Raison pour laquelle nous maintenons les célébrations du dimanche dans le mode « streaming ».  Ce renoncement douloureux constitue la pierre précieuse offerte pour réaliser l’édifice de la victoire qui nous sera accordée.
 
Puissions-nous trouver le réconfort dans la prière personnelle et en famille.  Si nos eucharisties nous manquent, puissions-nous transformer cette souffrance en énergie de solidarité.  Nous approchons de la sortie de l’épidémie, courage !
Prenez soin de vous et de vos proches !
 
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé

« Face à la roche, le ruisseau l'emporte toujours, non pas par la force, mais par la persévérance.

Jackson Brown
Artiste, écrivain (1940 - )

Chère Amie, Cher Ami,

Le témoignage des grottes creusées dans la roche, des falaises sculptées dans le calcaire et des rives érodées par les millénaires, nous dit quelque chose de la force de la persévérance.  Au moment où nous écrivons ces lignes notre pays, avec l’Europe, vient de débuter sa campagne de vaccination.  L’année passée, à la même période, s’annonçait ce qui allait ébranler le monde pendant de nombreux mois.  Hier s’annonçait et se vivait la catastrophe de l’épidémie, aujourd’hui se dit un espoir de guérison : fruit de notre travail, de notre prière et de notre persévérance.  Puissions-nous demander au Seigneur, pour nous-mêmes et pour les autres, la grâce de la patience, la douce tranquillité de l’eau qui, avec le concours du temps, réalise des œuvres gigantesques.

C’est de notre persévérance que va naître la victoire. Courage !

Bonne fête du baptême du Christ !
Prenez soin de vous et de vos proches !
Avec les abbés Liévin et François Xavier
Abbé Christian TRICOT, votre curé